Institutions

Madagascar : démarrage du projet BIRDY 2

La deuxième phase d'une étude sur les infections du nouveau né et leurs résistances aux antibiotiques a été lancée.

Le projet BIRDY 1 initié par l’Institut Pasteur à Paris en 2012 visait à dresser un état des lieux des infections du jeune enfant dans les pays à faibles revenus, notamment à Madagascar, au Sénégal et au Cambodge.

Il avait pour ambition de décrire ces infections et plus particulièrement celles qui étaient résistantes aux antibiotiques, ainsi que leurs conséquences médicales et économiques. A Madagascar, l’incidence des infections néonatales était estimée à 17,7‰  des enfants nés vivants (intervalle de confiance à 95% : 10,8 à 28,9) et la majorité de ces infections (75%) étaient survenues au cours de la première semaine de vie.

Il avait aussi été noté que 70% des pathogènes retrouvés étaient résistants à au moins un des deux médicaments actuellement recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé pour traiter ces infections (ampicilline ou  gentamicine).

Grâce à la confiance de la Direction de la Coopération Internationale de Monaco, un nouveau projet visant d’une part, à poursuivre l’étude sur les infections néonatales et la résistance aux antibiotiques des infections bactériennes, et d’autre part à s’intéresser aux déterminants de la prématurité, a été financé et vient de démarrer avec les inclusions des premières mamans.

Une cohorte de 600 couples mère-enfant sera mise en place dans les mêmes zones d’étude que celles de BIRDY 1 (Antananarivo et Moramanga) afin de capitaliser sur la logistique et le relationnel déjà développés, testés et validés. Les mères seront cette fois recrutées dès le quatrième mois de grossesse afin de préciser le nombre de semaines d’aménorrhée par des échographies et ainsi mieux calculer le terme de la grossesse et évaluer la prématurité.

Un suivi actif et rapproché des nouveau-nés se fera par la suite pendant leurs 3 premiers mois de vie, avec également un suivi à 6, 9 et 12 mois de vie pour surveiller leur état de santé. Les partenaires locaux seront les services d’obstétrique et de pédiatrie des hôpitaux ou cliniques, les centres de santé et les relais communautaires de ces zones.

L’unité de bactériologie expérimentale et l’unité d’épidémiologie et de recherche clinique de l’Institut Pasteur de Madagascar ainsi que l’unité B2PhI et la Direction Internationale de l’Institut Pasteur Paris assureront la coordination du projet.

Cet article a d'abord été publié par l'Institut Pasteur de Madagascar.

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic. L'équipe est constituée de :

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

- Anthony Audureau, rédacteur

- Sampson Adotey, Jr, éditeur langue anglaise

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Search