African Science Initiative

La conference de recherche 2019 du WACCBIP

De grands scientifiques du monde entier appellent à investir dans les biotechnologies pour résoudre les problèmes de santé en Afrique.

Plus de deux cents scientifiques des plus grandes institutions de recherche du monde se réunissent cette semaine dans le cadre d'une conférence organisée par le Centre ouest africain de biologie cellulaire des agents pathogènes infectieux (WACCBIP) pour partager leurs recherches sur les solutions aux problèmes de santé en Afrique.

La conférence de trois jours, organisée à l'université du Ghana, mettra également en vedette des innovateurs de premier plan de l'industrie biomédicale, dont Stephen Isaacs, président directeur général d'Aduro Biotech, société américaine de biotechnologie.

Recherches pertinentes

S'exprimant le 24 juillet, lors de la cérémonie d'ouverture, le Vice-Ministre de la Santé, l'Honorable Alexander Kodwo Kom Abban, a félicité le WACCBIP d'avoir créé une plateforme pour établir des partenariats qui appuient la recherche spécifique pour résoudre les problèmes locaux de santé.

« En tant que ministère, nous tenons toujours à souligner que la recherche menée dans nos établissements est axée sur des besoins locaux spécifiques. La recherche serait inutile si elle ne permettait pas de relever les défis immédiats qui se présentent à notre population, a déclaré l'honorable Abban. Nous encourageons toujours nos chercheurs à trouver des réponses pertinentes à notre contexte local. Je suis heureux de voir que c'est exactement ce que fait cette conférence. »

Le Vice-ministre a été impressionné par la croissance du centre au cours des cinq dernières années. Il a expliqué que le WACCBIP avait obtenu des résultats supérieurs aux attentes, notant que ses succès étaient l'une des principales raisons du renouvellement du financement de la Banque mondiale, qui a lancé le centre en 2014.

Des financements prestigieux

Le WACCBIP a attiré le soutien de certains des programmes de financement les plus prestigieux au monde, selon le professeur Samuel Kwame Offei, vice-chancelier adjoint pour les affaires académiques et les étudiants à l'université du Ghana.

« Le WACCBIP est devenu l'exemple parfait de l'immense contribution que ces centres [d'excellence] peuvent apporter à la réalisation de notre objectif de devenir une université de niveau international, a déclaré S. Offei. Le Centre a attiré un financement important de la Banque mondiale, dans le cadre de son projet de Centres d'excellence africains, et du Wellcome Trust, dans le cadre de l'initiative DELTAS... deux des programmes de renforcement des capacités les plus prestigieux de la dernière décennie, et le WACCBIP est le seul programme qui a gagné les deux. »

Recherche universitaire et industrie

Gordon Awandare, directeur du WACCBIP, a déclaré que le centre visait à fournir une plateforme pour établir des partenariats entre l'industrie et le monde universitaire afin d'améliorer l'innovation dans les soins. Il a déclaré que la croissance du WACCBIP était due aux partenariats académiques que le centre a mis à profit au cours des cinq années qui ont suivi sa création et qu'il était essentiel de maintenir la croissance du centre en étendant à l'industrie son réseau de partenaires.

« Le WACCBIP a été construit sur des partenariats... et nous avons tiré parti de ces partenariats pour forger l'un des réseaux les plus solides d'Afrique, a déclaré le G. Awandare. Au cours des cinq dernières années, nous avons fait des progrès incroyables dans l'établissement d'une base de ressources humaines pour mener des recherches biomédicales de haute niveau. Maintenant, nous devons travailler avec des partenaires de l'industrie pour traduire la recherche en innovations qui résoudront les défis spécifiques qui se posent à nous en matière de santé ; des innovations que nous avons la capacité de produire ici au WACCBIP. »

Il a appelé le gouvernement et le secteur privé à investir dans les biotechnologies, soulignant qu'il y a suffisamment de preuves pour suggérer des retours positifs sous la forme de technologies qui pourraient sauver des vies, sous la direction des chercheurs du pays.

Les biotechnologies en Afrique

Stephen Isaacs, qui dirige l'une des plus importantes sociétés de biotechnologies au monde, a parlé des perspectives des biotechnologies en Afrique. S. Isaacs est convaincu qu'une industrie biotechnologique en Afrique serait tout aussi bénéfique que l'industrie pharmaceutique. Il a déclaré que l'Afrique était mûre pour des opportunités pour une industrie en plein essor en raison de l'immense capital naturel et humain disponible sur le continent.

« L'importance des biotechnologies pour l'Afrique, c'est qu'elles servent de réservoir à des scientifiques africains hautement qualifiés pour faire de la recherche de haute qualité, faire quelque chose d'important qui est économiquement bon pour [eux], pour le pays et pour les gens qui reçoivent les médicaments qui sortent à l'autre bout, a dit S. Isaacs. Il y a tellement d'opportunités [pour le continent africain] qu'il faut les saisir. Cela a fonctionné aux États-Unis et au Royaume-Uni, et je crois fermement que cela fonctionnera en Afrique. »

Ce billet a d'abord été publié sur le blog d'ASI. Il a été traduit en français par Afriscitech.

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic. L'équipe est constituée de :

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

- Anthony Audureau, rédacteur

- Sampson Adotey, Jr, éditeur langue anglaise

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Search