Afroscientific

George Monbiot lance un puissant appel en faveur de la science ouverte

Le journaliste britannique George Monbiot a écrit un article vigoureux dans le quotidien Guardian appelant à la fin des barrières financières dans la recherche scientifique. Ci-dessous se trouve un extrait particulièrement plaisant sur les origines du système de « péage » pour les journaux scientifiques :

« Chacun devrait être libre d'apprendre ; les connaissances devraient être diffusées aussi largement que possible. Personne ne manifesterait publiquement son désaccord avec cela. Pourtant, les gouvernements et les universités ont permis aux grands éditeurs universitaires de nier ces droits. L'édition académique peut sembler une affaire obscure et complexe, mais elle utilise l'un des modèles d'affaires les plus impitoyables et les plus rentables de l'industrie.

Le modèle a été créé par le célèbre escroc Robert Maxwell. Il s'est rendu compte que, parce que les scientifiques ont besoin d'être informés de tous les développements significatifs dans leur domaine, chaque revue qui publie des articles universitaires peut établir un monopole et imposer des frais scandaleux pour la transmission du savoir. Il a qualifié sa découverte de « machine à financement perpétuel ». Il s'est également rendu compte qu'il pouvait capturer le travail et les ressources d'autres personnes pour rien. Les gouvernements ont financé la recherche publiée par son entreprise, Pergamon, tandis que les scientifiques ont écrit les articles, les ont revus et ont édité gratuitement les revues. Son modèle d'affaires reposait sur la mise sous clé des ressources communes et publiques. Ou, pour utiliser un terme technique, le vol.

Comme ses autres entreprises ont connu des difficultés, il a vendu son entreprise au géant néerlandais de l'édition Elsevier. Comme ses principaux rivaux, elle a soutenu le modèle jusqu'à ce jour et continue de réaliser des bénéfices spectaculaires. La moitié de la recherche mondiale est publiée par cinq entreprises : Reed Elsevier, Springer, Taylor & Francis, Wiley-Blackwell et l'American Chemical Society. Les bibliothèques doivent payer une fortune pour s'abonner à leurs revues, tandis que ceux qui ne font pas partie du système universitaire doivent payer 20 $, 30 $, parfois 50 $ pour lire le moindre article. »

Pour lire l'article complet, visitez le Guardian ici.

 

Ce billet a d'abord été publié sur Afroscientific.com

Il a été traduit en français par la rédaction d'Afriscitech.com

 

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic.

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Search