Olumide Odeyemi

« L'étude du génome africain pourrait aider à la mise au point de nouveaux traitements médicaux pour tous »

Les génomes des populations africaines doivent être inclus dans les bases de données utilisées pour la médecine de précision, au bénéfice de tous.

Vous êtes l'un des principaux auteurs de votre article récemment publié : qu'est-ce qui a motivé ce projet de recherche ?

La médecine de précision va fondamentalement changer les soins de santé. Les médicaments génomiques sont un élément clé de la médecine de précision, avec un potentiel énorme pour informer la médecine clinique. L'une des limites potentielles de la médecine génomique est la sous-représentation des populations africaines et d'autres dans la recherche génomique. Des études antérieures ont montré qu'il fallait étudier un éventail beaucoup plus large de populations pour éviter que la médecine génomique ne profite qu'à une poignée de privilégiés. Cela est particulièrement problématique, car des études antérieures ont montré que les études sur l'Afrique apportent un nombre d'associations beaucoup plus important que les études de taille similaire menées en Europe. Pour démontrer le potentiel des génomes africains en tant que grande ressource pour la médecine génomique, nous avons recueilli et analysé des données sur l'ensemble du génome de 6 407 personnes en Ouganda.

Quel est l'intérêt de recueillir davantage de données génomiques auprès des populations africaines - qui sont fortement sous-représentées dans les bases de données génomiques ?

Les résultats de nos études plus restreintes soulignent l'importance et l'utilité d'examiner les populations génétiquement diversifiées en Afrique. Les résultats d'études à grande échelle menées en Afrique peuvent favoriser le développement de nouveaux traitements qui profiteront aux personnes vivant en Afrique ainsi qu'aux personnes d'origine africaine dans le monde entier.

Quels types de défis avez-vous rencontrés dans le cadre de cette étude et comment les avez-vous surmontés ?

Il y en a eu beaucoup : l'implication des communautés, l'éthique, le recrutement, etc. À l'échelle internationale, la recherche génomique et, plus particulièrement, le recrutement des participants, quel que soit le continent, est toujours un défi. Cependant, 60% des Africains vivent dans des zones rurales. Les participants potentiels sont plus susceptibles d'être pauvres et d'avoir un accès limité aux soins de santé et à l'éducation. Cela signifie que la réalisation de recherches dans ces contextes présente invariablement des défis d'un ordre différent de ceux des pays à revenu élevé. Les chercheurs ne doivent pas essayer d'en profiter.

L'intérêt de ce projet de recherche dépasse-t-il l'Ouganda et pourquoi ?

Oui. Les résultats de notre étude pourraient favoriser le développement de nouveaux traitements qui profiteront aux personnes vivant en Afrique ainsi qu'aux personnes d'origine africaine dans le monde entier.

Comment vos résultats ont-ils été accueillis jusqu'à présent ?

Très bien. J'ai du mal à répondre à toutes les demandes des médias.

Quelle est l'orientation future de la recherche ?

Bien qu'il y ait un besoin urgent de mener des recherches génomiques à grande échelle en Afrique, plusieurs initiatives en cours telles que H3Africa et l'étude nigériane 100K sur les maladies non transmissibles et le patrimoine génétique (NCD-GHS) pourraient fournir les données nécessaires pour améliorer la base de données et rendre la médecine génomique utile à diverses populations.

Comment voyez-vous l'avenir de la génétique et de la bioinformatique en Afrique ?

Je pense que nous sommes maintenant sur la bonne voie. Nous avons créé le réseau nigérian de bioinformatique et de génomique (NBGN). Il y a aussi d'autres initiatives. Nous nous concentrons maintenant sur le renforcement des capacités en Afrique.

Propos recueillis par Olumide Odeyemi

Segun Fatumo est professeur adjoint d'épidémiologie génétique et de bioinformatique à la London School of Hygiene & Tropical Medicine. Informaticien spécialisé en bioinformatique, il s'intéresse à l'impact génétique des maladies non transmissibles en Afrique et au renforcement des capacités en bioinformatique en Afrique. Il a participé à divers projets génétiques, notamment l'analyse d'un ensemble de données génomiques à grande échelle de la population ougandaise. Au cours de son doctorat, il a pu identifier vingt-deux nouvelles cibles potentielles de médicaments contre la malaria. Suivez le sur Twitter @SFatumo

Cet article a d'abord été publié sur Genetic Literacy Project. Il a été traduit en français par Afriscitech.

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic.

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Search