Raissa Malu

Et alors ces bourses ?!

Première annonce des lauréates des bourses pour les femmes en sciences en République Démocratique du Congo.

Le samedi 18 avril, il était prévu que nous nous retrouvions au Sultani Hôtel pour une soirée de gala de présentation des lauréates de la première campagne des Bourses pour les Femmes en Sciences en République Démocratique du Congo. COVID-19 étant passé par là, nous avons dû tout annuler.

Mais, ces femmes ne peuvent pas attendre que le confinement soit levé et que toutes les frontières soient rouvertes. La science continue. Elles doivent être fixées sur leur candidature afin de se préparer. Je m’en vais donc ici vous les présenter.😊

Remerciements

Avant de commencer, je voudrais remercier Nicole Sulu et le réseau d’affaires Sultani Makutano de s’être associés à Investing In People ASBL pour ces bourses. Ensuite, je voudrais remercier nos généreux donateurs qui veulent pour la plupart rester discrets, mais je ne puis taire la généreuse contribution de Marceline Kaozi. Enfin, je remercie la formidable Prof. Karine Ndjoko Ioset, Manager Général du Système de Bourse d'Excellence Bringmann aux Universités Congolaises (BEBUC). Ce dernier est l’organe technique et scientifique des Bourses Sultani Makutano & Investing In people ASBL.

Mieux orienter les politiques en faveur des femmes

Rappelez-vous, tout a commencé en janvier 2019 lorsque Investing In People ASBL que je dirige, lançait la première Base de données des Femmes en Sciences en République Démocratique du Congo dans le cadre de la mémorable 6e édition de la Semaine de la Science et des Technologies. Notre objectif était d’avoir une vue d’ensemble sur les parcours, les défis, les opportunités et les difficultés rencontrées par ces profils techniques et scientifiques afin de mieux orienter les politiques en faveur des femmes dans les STEM.

C’est le succès de cette base de données qui nous a convaincus avec le Sultani Makutano, de développer des bourses pour soutenir ces femmes. Nous avons fait l’annonce officielle lors de la non moins mémorable 5e édition du Sultani Makutano en septembre 2019. 😊

Quatre catégories de bourse

Il a fallu encore 4 mois à Investing In People ASBL pour mettre en ligne la plateforme de gestion des inscriptions aux bourses. Ici, je m’arrête pour remercier encore une fois l’équipe de la startup Lushoise (Lubumbashi) ITOT Africa de Samy Mwamba qui nous a accompagnés dans son développement. Je vous les conseille. Côté Sultani Makutano, ce temps a été mis à profit pour mobiliser les donateurs.

Enfin, la première campagne des Bourses pour les Femmes dans les Sciences, Technologies, Ingénieries et Mathématiques d'Investing In People ASBL et Sultani Makutano a pu être lancée le 20 janvier 2020 ! (l'appel à candidature)

Nous proposons quatre catégories de bourses : Bourse Étude pour le niveau Licence ; Bourse Étude pour le niveau Master ou Doctorat ; Bourse Évènement qui couvre en partie ou totalement les frais de participation ; Bourse Recherche qui est un fonds de recherche. Les bourses sont ouvertes aux femmes originaires de la R. D. Congo qui évoluent dans des domaines STEM en R. D. Congo ou à l'étranger. La date limite de dépôt des candidatures de cette première campagne était fixée au 10 mars 2020 à 23h59.

Les candidatures

Alors, quels sont les résultats ? J’y arrive !

La base de données compte actuellement 539 femmes inscrites tous domaines confondus. Nous avons enregistré 112 demandes de bourse réparties de la manière suivante :

Candidatures bourses

C’est intéressant de voir que les demandes de bourses portent majoritairement sur la recherche ! Il faut noter qu'il n’était pas possible d’introduire une candidature pour plusieurs bourses. Les candidates devaient faire un choix.

Après un premier traitement, 77 demandes ont été validées a priori dans des domaines aussi variés que

Domaines concernés

Comme vous le voyez à nouveau, l’informatique et l’ingénierie attirent en RDC beaucoup plus de femmes que la physique et les mathématiques. Qu’on se le dise !

Après une analyse approfondie des dossiers et des entrevues devant jury, 20 lauréates ont été retenues ! (Roulement de tambour…)

Un processus de sélection rigoureux

D’abord un mot sur le rigoureux processus de sélection. J’ai participé à l’une des sessions et le jury de scientifiques mis en place par le BEBUC est costaud ! Nous aurons l’occasion de les présenter, mais laissez-moi vous dire qu’ils sont certes aimables, mais c’est sans complaisance quand il s’agit de trancher (rire).

Revenons à nos 20 lauréates. Elles viennent de ou sont à Bukavu, Goma, Kisangani, Kinshasa, Lubumbashi (RDC), à Grenoble (France), à Munich (Allemagne) et à Medford, Massachusetts (USA). La plus jeune a 18 ans et la plus âgée, 44 ans. Nous avons accordé 7 Bourses Licence, 3 Bourses Master, 2 Bourses Doctorat, 5 Bourses Évènement et 3 Bourses Recherche pour un montant total d’environ 59 660 USD (pour une première campagne, c'est génial) !

Domaines des lauréates

La fabrication de pavés

Les sujets traités par ces femmes sont fascinants. En géologie, par exemple, nous finançons la bourse de doctorat de Clarisse (30 ans) qui est à Bukavu. Clarisse étudie la « fabrication des pavés à partir des rejets miniers aurifères du secteur artisanal de Misisi à l’est de la RD Congo ». Ce programme de doctorat est en co-supervision Côte d’Ivoire et RDC. Notre Bourse Femmes en Sciences en RDC d’Investing In people ASBL et Sultani Makutano cofinance ce doctorat avec le Centre d’Excellence Africain Mines et Environnement de l'Union Africaine.

L'archéologie à Kinshasa

Nous avons aussi Suzanne (25 ans), à Kinshasa, dont nous avons accepté de financer le master en archéologie et histoire orale dans la plaine de Kinshasa. Il s’agit d’un programme de master en collaboration UNIKIN-Université de Gand (Belgique). Les éléments des fouilles sur les terrains non encore exploités de la ville de Kinshasa vont permettre de reconstruire l’histoire des sociétés anciennes avant la période coloniale (wow !).

« Pourquoi ils englobent l’archéologie dans les STEM ? » Figurez-vous que ce domaine offre des pistes de collaborations fructueuses avec la chimie, la biologie, l’ingénierie, l’informatique, les mathématiques et la physique. Dans ce programme, Suzanne utilisera la technologie (drones, remote sensing, GPS), et elle devra prendre des cours sur la manipulation de ces techniques et le traitement de données.

Et puis, passeriez-vous devant une occasion de mieux connaître l’histoire des sociétés anciennes dans la plaine de Kinshasa avant la période coloniale ? Moi, j’ai hâte d’en savoir plus ! (à ce propos, j'espère avoir un jour l'occasion de vous parler de l'ethnomathématique et des ethnosciences)

Envisager une autre Afrique

Je ne vais pas toutes vous les présenter, car nous allons le faire en détail lors de la 6e édition du Sultani Makutano en septembre 2020. A vos agendas ! (si Dieu le veut ...)

Les parcours de ces femmes scientifiques sont impressionnants et touchants. Nous avons des orphelines qui luttent contre vents et marées pour sortir du lot. Nous avons des militantes qui dénoncent les violences sexuelles faites aux femmes et aux enfants. Nous avons des scientifiques congolaises jeunes, ambitieuses et engagées, qui n’ont pas peur d’envisager un autre Congo, une autre Afrique.

Leurs réussites sont les nôtres

Toutes ces femmes méritent que nous leur accordions du temps, de l’attention et que nous leur donnions les moyens de poursuivre leurs rêves, car leurs réussites sont aussi nos réussites.

Je termine en félicitant chaleureusement nos 20 lauréates. Et je demande aux autres candidates de ne pas se décourager. Nous allons bientôt lancer la deuxième campagne des bourses et elles pourront à nouveau postuler. Alors, si ce n’est pas déjà fait, nous les invitons dès à présent à s'inscrire sur la plateforme.

À bientôt pour de nouvelles aventures en terre congolaise !

Science is fun, join us! 😉

(Bon, oui, j’ai été longue, mais cela en valait la peine, n’est-ce pas ? 😊)

Cet article a d'abord été publié sur LinkedIn.

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic.

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Search