Jeunes chercheurs

Mariamawit Yonathan Yeshak : « Rentrer est une satisfaction personnelle »

Partir étudier en Europe en ayant déjà préparé son retour en Afrique : c'est ce qu'a fait Mariamawit Yonathan Yeshak. Après six ans en Suède, elle a retrouvé à l'université d'Addis-Abeba un poste qu'elle n'avait jamais réellement quitté.

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Mariamawit Yonathan Yeshak, je viens d’Éthiopie et je suis professeure assistante en pharmacognosie à l’université d’Addis-Abeba. La pharmacognosie est l’étude chimique de produits naturels et de leurs potentielles utilités biologiques.

Pourquoi êtes-vous allée en Europe pour votre doctorat ?

Ce n’était pas une décision mais une opportunité. Mon institut et l’université d’Uppsala ont obtenu un financement bilatéral de l'Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (Sida). Le projet comprenait quatre postes de doctorants. J’en ai remporté un, ce fut le début de mon aventure suédoise.

Pourquoi êtes-vous rentrée en Afrique après votre doctorat ?

Je savais que je reviendrais en Éthiopie le jour où je suis arrivée en Suède, mais il y a des facteurs qui ont facilité ce retour. J’étais en contact permanent avec mon université en Éthiopie. Je m’y rendais régulièrement pour donner des cours et réaliser des projets. De plus mon poste était garanti. Le second facteur est que j’ai reçu de l'argent de la part du Sida pour lancer mon propre projet à mon retour. Et enfin, j’ai conservé des liens familiaux en Éthiopie. Mon mari était à Addis-Abeba durant tout mon séjour en Suède avec mes deux filles. Tous ces facteurs m’ont aidée à revenir. Mais je savais malgré cela que je reviendrais.

Avez-vous eu des difficultés lors de ce retour ?

Pas vraiment. Côté suédois, ils ont tout fait pour faciliter mon retour. Quand je suis revenue, mon université avait bloqué mon poste. Socialement je n’ai pas eu de problème à m’intégrer… Non, ça a été un retour en douceur.

Que diriez-vous aux jeunes Africains qui font leur doctorat en Europe et veulent retourner en Afrique ?

Je citerai l’un de mes professeurs : en revenant, il était un gros poisson dans un petit bocal ; sinon, il aurait été un petit poisson dans un grand bassin. Rentrer est une satisfaction personnelle. Vous servirez votre pays, et cela est satisfaisant. De plus, vous serez important, votre contribution sera importante, et vous serez pertinent par rapport au manque de personnes éduquées qui reviennent sur le continent.

Propos recueillis par Anthony Audureau

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic.

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Search