Jeunes chercheurs

La conférence YASE 2018 en images

Isabelle Glitho, présidente du Comité scientifique, a prononcé l'allocution d'ouverture ©Afriscitech/Remy Gabalda
Élisabeth Barbier, directrice générale déléguée de l'Institut de recherche pour le développement a expliqué pourquoi cet organisme de recherche s'est engagé pour l'organisation de YASE ©Afriscitech/Rémy Gabalda
David Kaplan de l'université du Cap, en Afrique du sud, a présenté en ouverture les résultats de l'enquête sur les jeunes chercheurs africains en Europe à laquelle les inscrits avaient répondu. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Les participants ont observé une minute de silence en mémoire du professeur Ogobara Doumbo de l'université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako qui aurait dû être parmi eux. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Daniel Nyanganyura de l'International Science Council a présenté un état de la recherche en Afrique. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Quarraisha Abdool-Karim de Caprisa a expliqué comment elle fait de la recherche de niveau international à Durban, en Afrique du Sud. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Session sur les évolutions récentes de l'enseignement supérieur en Afrique animée par Connie Nshemereirwe, de la Global Young Academy, avec Aissa Wade de AIMS-Sénégal, Mamadou Sarr, de l'université Cheikh-Anta-Diop de Dakar et Khedidja Allia de Université du Science et de la technologie Houari Boumediene d'Alger ©Afriscitech/Remy Gabalda
Connie Nshemereirwe chercheuse indépendante en éducation en Ouganda et co-présidente de la Global Young Academy avait préparé et a animé la sessions sur l'amélioration de l'enseignement supérieur en Afrique. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Au cours de la session consacrée aux évolutions de l'enseignement supérieur en Afrique, Khedidja Allia de l'Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene a expliqué les changements en Algérie. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Mamadou Sarr de l'université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, au Sénégal, et expert en assurance qualité pour le CAMES a expliqué les évolutions des universités dans la zone d'Afrique francophone. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Mohamed Benguerna, économiste au CREAD, en Algérie a proposé une passionnante session sur l'importance des réseaux de recherche interafricains. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
L'économiste Emmanuel Kamdem de l'université de Douala, au Cameroun, a partagé son expérience des réseaux de recherche en Afrique. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Nathalie Persson, de l'International Foundation for Science, a expliqué comment cette organisation internationale basée en Suède soutient des chercheurs africains et leurs réseaux au-delà des barrières de langue. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Michèle Mbo'o Tchouawou, une camerounaise passée par l'Europe avant d'aller au Kenya où elle développe les programmes scientifique de AWARD Fellowships était aussi à YASE. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Une session parallèle était consacrée à l'emploi des scientifiques dans les grandes entreprises en Afrique. Elle était animée par Lamine Gueye de l'université Alioune Diop de Bambey, au Sénégal. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Tapiwa Chiwewe de IBM était à YASE parce que les laboratoires de recherche de son entreprise au Kenya et en Afrique du sud recherchent des compétences pour se développer. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Frederik Wittock de Johnson & Johnson, partenaire de YASE est intervenu dans la session consacrée à l'emploi des scientifiques dans les grandes entreprises en Afrique. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Aziz Nafa, économiste algérien spécialiste de la création d'entreprises par la diaspora africaine a préparé et animé une session sur le sujet. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Faten Hamdi, fondatrice de ControlMed en Tunisie a raconté son parcours, du doctorat à la création d'entreprise. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Arthur Zang a fondé Himore Medical Equipments pour commercialiser le CardioPad, dont il a commencé la mise au point alors qu'il était encore étudiant à Yaoundé, au Cameroun. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Les participants à YASE ont découvert Lenali le réseau social qui parle dans les langues du Mali (et bientôt d'autres pays africains) fondé par Mamadou Sidibe, qui a étudié en Russie et en France. ©Africitech/Rémy Gabalda
Plusieurs pays africains construisent de grandes infrastructures : au Mali, le Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose ; à Madagascar, un centre de recherche en nanosciences ; au Maroc l'observatoire d'Oukaïmeden. ©Afriscitech/Raymond Gomez
À l'universite de Toliara, à Madagascar, Heriarivelo Risite prépare l'installation d'un centre de recherche sur les nanosciences. Il en a exposé les grandes lignes à YASE. ©Afriscitech/Raymond Gomez
La chimiste Ghada Bassioni, professeur à l'université Ain Shams, au Caire, en Égypte, et responsable de la coopération scientifique entre l'Égypte et l'Allemagne a préparé et animé une session consacrée à la coopération avec l'Europe des chercheurs africains. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Amr Adly, tout récent Vice-Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique aux Affaires Universitaires en Égypte est venu, comme prévu, à YASE pour expliquer quelle coopération avec l'Europe est possible quand on est un/e chercheur/se africain/e. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Regina Maphanga du CSIR est venue d'Afrique du Sud pour expliquer comment elle coopère avec l'Europe et avec le reste du monde pour mener ses projets de recherche. ©Afriscitech/Raymond Gomez
La biologiste Olanike Adeyemo, de l'université d'Ibadan, était à YASE pour parler des coopérations scientifiques avec l'Europe quand on travaille au Nigeria. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Microbiologiste dans un laboratoire français de l'Institut de recherche pour le développement , Alpha Kabinet Keita a choisi d'aller travailler en Guinée où il a créé avec des collègues le centre d'études de recherches et de formation en infectiologie de Guinée, pour étudier notamment Ebola. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Veronica Okello, de l'université de Machakos, a bénéficié d'un don de matériel de Seeding Labs qui lui a permis de monter un laboratoire très rapidement à son retour au Kenya. ©Afriscitech/Raymond Gomez
François Piuzzi de l'Association pour la promotion scientifique de l'Afrique et de la Société Française de Physique a présenté à YASE plusieurs pistes pour construire de l'équipement de travaux pratiques et de laboratoire à coûts soutenables. ©Afriscitech/Raymond Gomez
À l'Ile Maurice, Vidushi Neergheen-Bhujun recherche des substances naturelles que l'on pourrait utiliser pour lutter contre le cancer : en Afrique, on fait de la science que l'on ne peut pas faire ailleurs. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Seth Adu-Afarwuah, de l'université du Ghana, travaille sur l'apport des micronutriments à l'alimentation des jeunes enfants. Il a expliqué à YASE comment son travail a participé à la redéfinition des normes internationales. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Oliver Oliveros d'Agropolis Fondation a présenté à YASE le programme One Planet Fellowship qui démarrera d'ici fin 2018 : 600 chercheurs en sciences du climat soutenus en Afrique et en Europe. ©Afriscitech/Raymond Gomez
À l'International Centre of Insect Physiology and Ecology puis à l'International Institute of Tropical Agriculture (IITA), Henri Tonnang met la modélisation mathématique au service de l'environnement et de l'agriculture. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Mamadou Kaba Traore de l'université Clermont Auvergne enseigne aussi à l'AUST d'Abuja au Nigeria et dans d'autres universités en Afrique. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Alice Matimba a quitté l'université du Zimbabwe pour le Welcome Trust Genome Campus au Royaume-Uni. Elle a expliqué pourquoi à YASE. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Le chimiste d'origine camerounaise Daniel Egbe spécialiste d'énergie solaire à l'université Johannes Kepler en Autriche et fondateur de Ansole - African Network for Solar Energy a largement partagé son expérience du développement de la recherche en Europe et en Afrique. ©Afriscitech/Raymond Gomez
La session plénière finale de YASE a été préparée et animée par Tolullah Oni de l'université de Cambridge et de la Global Young Academy qui a donné quelques résultats préliminaires de l'enquête The Global State of Young Scientists |dq|GloSYS|dq| (il est encore temps d'y répondre). ©Afriscitech/Raymon Gomez
Madame Marie-Monique Rasoazananera, Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche de Madagascar a passé la journée à YASE et a pris part à la session finale consacrée à l'avenir de la recherche en Afrique. ©Afriscitech/Raymond Gomez
La vice-présidente de Johnson & Johnson Seema Kumar partenaire de YASE a interagit avec les participants et a également donné la vision d'un acteur important de la santé mondiale sur l'avenir de la recherche en Afrique. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Une délégation de la Commission nationale des universités du Nigeria était présente à YASE où elle a rencontré plusieurs jeunes chercheurs nigérians de laboratoires européens. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Plusieurs doctorants du Cap Vert, travaillant pour la plupart au Portugal étaient présents à Toulouse pour YASE. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Quelques participants remarquables à YASE : des ambassadeurs et lauréats du Next Einstein Forum avec le vice-président Youssef Travaly. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Quelques participants remarquables à YASE : Amna Abdalla Mohammed co-présidente de la Communauté des scientifiques du Next Einstein Forum. ©Afriscitech/Raymond Gomez
Quelques participants remarquables à YASE : Karine Ndjoko Loset directrice du programme de Bourse d'Excellence Bringmann aux Universités Congolaises. ©Afriscitech/Rémy Gabalda
Paul Kennedy et Sibusiso Biyela de ScienceLink ont alimenté les réseaux sociaux et préparé des articles que l'on peut lire sur Afriscitech. @Afriscitech/Raymond Gomez
Jean François Hait et une équipe de Institut de recherche pour le développement ont interviewé les intervenants pour produire des videos visibles sur Afriscitech. ©Afriscitech/Rémy Gabalda

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic.

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Search