Jeunes chercheurs

Chercheur et entrepreneur - 11. Mamadou Sidibé : d’un besoin individuel à un besoin collectif

Téléphoner moins cher entre la France et le Mali : c'est ce qui a motivé Mamadou Gouro Sidibé à rentrer dans son pays d'origine pour mettre au point une application. Mais rien ne s'est passé comme prévu.

« Je suis Mamadou Gouro Sidibé, docteur en informatique. Je suis né au Mali, où j’ai étudié jusqu’au baccalauréat. J’ai fait des études supérieures en Russie, où je suis devenu ingénieur de réseau. Ensuite je suis venu en France faire un doctorat, à l’université de Versailles, et j’ai travaillé pendant plus de dix ans sur des grands projets de recherche et de développement financés par la Commission Européenne dans le domaine de l’informatique, des réseaux et du multimédia.

C’est de là que j’ai fait le grand saut : essayer de créer un Viber malien. Comme j’avais de la famille ici en France et en Afrique, j’avais un besoin fort d’appeler. Et ça coûtait cher ! Et donc les Viber et WhatsApp ont fait que c’était moins cher. Sauf que cela ne marchait pas toujours très bien.

Alors j’ai voulu en faire un qui marcherait très bien dans mon pays. L’histoire est partie de là. Je suis parti au Mali pour faire ce Viber là, sauf que c’est là où les difficultés ont commencé. Chaque fois que j’avais une bonne idée, en tout cas à ce qu’il me semblait, pendant que j’étais en train de la tester, Viber ou WhatsApp sortait la même chose. Retour à la case départ !

Jusqu’au jour où, à la supérette du coin, quelqu’un me tend un téléphone. Il avait l’habitude de me servir des produits. Il me dit : « Patron ! J’ai un message sur mon téléphone en français et je ne sais pas le lire ». Je sais qu’au Mali il y a beaucoup de personnes qui ne savent pas lire et écrire. Mais lui, je ne pensais pas en le voyant qu’il ne pouvait pas lire en français.

Alors je me suis dit : « Mince, je suis en train de courir derrière Viber alors qu’il n’a même pas compris ». Voilà pourquoi j’ai dit qu’il faut aller vers quelque chose qui pourrait prendre en compte les réalités locales pour les gens simples. Alors j’ai commencé par faire des guides vocaux : je fais écouter en langue locale, parce qu’il fallait qu’ils comprennent parce qu’ils ne comprennent pas en français.

J’étais seul avec une brave dame qui faisais le ménage. Je lui tend le téléphone pour créer le profil, et elle me dit : « Je ne sais pas mettre mon profil. » Elle ne savait pas écrire son nom. Alors je me suis dit dit qu’il fallait trouver quelque chose d’autre pour tous ces gens-là, et ils sont la majorité sur les 1,2 milliard de personnes en Afrique, totalement laissés pour compte. »

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic.

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Search