Jeunes chercheurs

Grace Mbang : « On se pose des questions sur l’après thèse »

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Grace Mbang, et je suis doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’université Grenoble-Alpes. Je suis aussi présidente et co-fondatrice de l’AJC-France, Association des Jeunes Chercheurs de l’Afrique Francophone en France.

Pourquoi prenez-vous part à la conférence YASE ?

J’ai décidé de prendre part à la conférence YASE parce que la thématique m’intéressait. Déjà, pour la petite histoire, Luc Allemand, initiateur de l’événement, nous a repérés sur les réseaux sociaux : l’AJC-France, c’est une toute nouvelle association qui existe depuis bientôt deux ans. Il nous a dit qu’on était le cœur de cible de l’événement. Étant donné que ça rejoignait nos objectifs, en tant qu’association et en tant que jeunes chercheurs, on s’est dit : « Pourquoi ne pas y aller ? ». Parce qu’effectivement, on se pose des questions sur l’après thèse. Comment est-ce qu’on va mener notre recherche ? Qu’est-ce qu’on va faire après ? Est-ce qu’on continue dans la recherche et l’enseignement, ou bien est-ce qu’on se reconvertit dans d’autres domaines ?

Avez-vous des motivations paticulières pour retourner en Afrique après votre doctorat ?

C’est sûr que la motivation principale c’est toujours le fait de se dire qu’on n’est jamais mieux que chez soi. Forcément il y a un attachement qui est là, dont on ne peut pas se défaire. Une motivation principale pour y retourner ? Je ne suis pas certaine. Ca va dépendre des opportunités. Parce qu’arrivé à un certain stade, on essaie de peser le pour et le contre et de se demander ce qui pourrait être avantageux ou pas pour nous.

Quels sont les obstacles ?

Les obstacles principalement ça va être la sécurité de l’emploi évidement. Et puis, alors moi je suis arrivée en France il y a bientôt une dizaine d’années donc ça fait quand même long, et tout mon parcours universitaire, je l’ai fait en France. Ce qui fait que j’ai beaucoup de mal à comprendre le système universitaire et comment cela fonctionne dans mon pays d’origine qui est le Gabon. Donc il y a déjà cette première barrière là. Venir à YASE permet justement d’avoir des informations par rapport à ça. Donc une barrière par rapport à l’information, par rapport au fait qu’on ne sait pas tout à fait comment ça fonctionne sur place. Qu’est-ce qu’on va pouvoir apporter sur place ? Et comment on va pouvoir s’insérer dans l’enseignement supérieur sur place ?

Que retenez-vous de cette conférence ?

Ce que je retiens de la première partie et qui est super intéressant, et qui entre aussi dans les objectifs de notre association, c’est la coopération. C’est-à-dire que peu importe où l’on est, on est à même de travailler avec des chercheurs qui se trouvent dans d’autres pays, en Afrique, ou même en Europe ou en Amérique. Il y a la barrière de la langue, mais cette barrière là on doit pouvoir la dépasser, et aller chercher l’information pour savoir dans quel programme on pourrait coopérer, comment est-ce qu’on pourrait coopérer, et surtout travailler en inter disciplinarité.

Propos recueillis par Jean-Bruno Tagne

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic. L'équipe est constituée de :

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

- Anthony Audureau, rédacteur

- Sampson Adotey, Jr, éditeur langue anglaise

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Search