Lettre d'information de la physique africaine

Les physiciens au temps de la COVID-19

Nous avons demandé aux éditeurs de la Lettre d'information sur la physique africaine de nous parler de leurs expériences au cours de ces journées sans précédent. Ils ont répondu en nous donnant un aperçu de leur vie, de leur foyer et des changements de paradigmes qui les entourent.

Nous vous invitons Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. vos propres contributions pour le prochain numéro. Quelles réponses votre université a-t-elle apportées à la crise ? Les physiciens sont ingénieux et imaginatifs, et vos collègues de tout le continent aimeraient savoir comment cela s'est passé pour vous.

KoborActivités des physiciens pendant la pandémie de COVID-19 au Sénégal

Depuis le début du couvre-feu lié à la COVID-19 au Sénégal, les universités et les écoles ont été fermées. Je suis donc retourné à Dakar pour être avec ma famille qui y réside.

Cependant, je continue à travailler à la rédaction de projets de recherche et d'articles à publier. Pendant la journée, j'aide ma fille à suivre ses cours en ligne grâce à la continuité éducative établie par son école.

L'éducation des enfants

Ce travail peut parfois m'occuper jusqu'à 14 heures. De temps en temps, je peux laisser ma fille travailler seule et de prendre le temps de lire mes messages. L'après-midi, je le consacre à la rédaction du projet de recherche jusqu'à 18 heures.

Je sors alors pour jouer au football jusqu'à 19h30. Ensuite, je reviens pour continuer à travailler sur mes travaux de recherche et sur les documents à publier.

Tentative de cours en ligne

J'ai essayé, la semaine dernière, de donner des cours en ligne avec les Masters de physique des matériaux. Après deux sessions, j'ai dû arrêter à cause de problèmes de connexion pour deux étudiants qui ne pouvaient pas suivre et qui se sentaient lésés. Comme il s'agissait d'une décision personnelle, j'ai préféré attendre la décision de notre université.

D'autre part, je participe à des réunions, par Skype ou Zoom, dans le cadre de la préparation d'événements scientifiques dans lesquels je suis membre de l'organisation Internationale ou du comité scientifique comme ASP2020 (l'Ecole Africaine de Physique), AfLS3 (la Rencontre Africaine des Sources de Lumière), SOAPHYS (Société Ouest Africaine de Physique) mais aussi et surtout la préparation de la deuxième journée de SOAPHYS qui se tiendra en novembre 2020 à Dakar. C'est la Société sénégalaise de physique qui est responsable de l'organisation locale et je suis le secrétaire général de cette Société sénégalaise de physique.

Comité ministériel de défense

Actuellement, je travaille aussi avec le Comité de défense contre la COVID-19 établi par le Ministère de l'Enseignement Supérieur, sur le thème Ingénierie - Innovation - Modélisation. Ce comité regroupe tous les chercheurs et innovateurs du pays qui veulent s'engager à travailler pour mettre en place localement des produits et des solutions (masques, testeurs rapides, thermoflashs, etc.) pour lutter contre la COVID-19.

En résumé, ici, les physiciens, comme beaucoup d'universitaires, essaient de travailler à distance et d'apporter leurs compétences au Ministère de l'Enseignement Supérieur, qui a créé un comité. Mais l'enseignement est interrompu dans toutes les universités.

Diouma Kobor, professeur de physique et directeur de laboratoire, Université Assane Seck de Ziguinchor, Sénégal, et secrétaire général de la Société sénégalaise de physique.


KhafagyLettre d'Égypte

Comme je m'intéresse à l'enseignement supérieur et à son assurance qualité, en plus d'être professeur d'université et physicienne, je viens de me rendre à Dubaï pour participer au Forum de leadership sur l'enseignement supérieur organisé sur le thème « L'enseignement supérieur à l'ère de la quatrième révolution industrielle et des suivantes : défis et opportunités ». Dieu merci, je suis rentrée en Égypte deux jours seulement avant que les vols internationaux ne soient interrompus à cause de la COVID-19.

Sinon, j'aurais beaucoup souffert d'être loin de ma petite fille de cinq ans, qui a interrompu l'école ; toutes les crèches du pays sont fermées par la loi en raison de la COVID-19. Au début, j'envisageais le coronavirus à la légère et je ne pouvais pas imaginer à quel point il était dangereux.

La période la plus difficile

Mais après un certain temps, j'ai réalisé que nous vivons les moments les plus difficiles de notre vie. Je n'ai jamais rencontré quelque chose comme ça avant. La vie s'est complètement arrêtée.

Je me suis éloignée de mon laboratoire et mes projets de recherche, loin de mes étudiants, j'ai cessé d'aller à l'université comme le demandait le Ministère de l'Enseignement Supérieur. La seule chose autorisée est de faire des courses.

Un couvre-feu strict

Tous les restaurants et les magasins sont fermés - seuls les supermarchés et les pharmacies sont ouverts. En Égypte, nous ne sommes pas autorisés à sortir de nos maisons après 19 heures, sous peine d'amende.

Nous avons commencé à trouver des alternatives pour nous reconnecter à la vie. Nous avons commencé à atteindre nos étudiants par le biais de l'enseignement à distance.

Chaîne Youtube

J'ai créé une chaîne YouTube et j'ai commencé à partager mes cours en ligne pour la première fois. Les cours avec PowerPoint et explication orale prennent beaucoup de temps à préparer et à mettre en ligne, mais j'ai été très heureuse de constater qu'un nombre croissant d'étudiants s'abonnent à ma chaîne, et de voir que le nombre d'heures de visionnage augmentait jour après jour.

Toutes les réunions universitaires se déroulent en ligne. La vie est vraiment en train de changer.

Les avantages de l'apprentissage en ligne

Je peux encore trouver beaucoup de points positifs dans cette crise. J'ai découvert que l'enseignement en ligne et à distance n'est pas aussi mauvais que je le supposais.

Au contraire, il est très efficace. Les étudiants peuvent suivre les cours au moment de leur choix, assister aux cours autant qu'ils le souhaitent et les revoir avant les examens.

Espoirs pour l'avenir

J'ai découvert que la plupart des travaux peuvent être effectués efficacement depuis chez soi - nous pouvons vivre avec le coronavirus, mais pas sans la technologie. Les gens sont devenus plus gentils les uns envers les autres et ont peur les uns des autres.

La vie de famille est revenue après avoir manqué la plupart du temps. Nous avons réalisé que notre vie normale et trépidante est un grand cadeau. Même à l'échelle mondiale, le monde a pris conscience de la terrible signification d'une mort tragique et de la valeur d'un être humain. Je crois qu'aucune guerre ne continuera après la fin de la pandémie.

Rasha Khafagy, professeur de science des matériaux et de nanotechnologie, spectroscopiste, et amoureuse des lasers et de l'optique.


AmoloLettre du Kenya : université du Kenya

Depuis l'arrivée de la pandémie de COVID-19 et la fermeture de l'université, je travaille à la maison et en ligne quelques heures par jour. Le Kenya est soumis à un couvre-feu de 5h à 19h.

Nous avons eu plusieurs vidéoconférences avec deux collègues kenyans et nos homologues espagnols au sujet de recherches conjointes et de la soumission prévue d'un manuscrit à une revue.

Vie de famille

Ma femme et mon fils sont avec moi la plupart du temps. Nous faisons une promenade d'une heure par jour, en plein air, pour rompre la monotonie de la maison, et simplement pour changer de décor.

En haut de mon agenda se trouvent les travaux de recherche qui nécessitaient mon attention mais qui n'en ont presque pas reçu car mon temps était compté. Les physiciens du Kenya ont un mur WhatsApp sur lequel ils expriment actuellement leurs points de vue et leurs suggestions sur la manière dont la science peut aider à lutter contre la COVID-19 et ses conséquences économiques.

Des menaces inconnues

Le pire est de ne pas savoir d'où viendront les éventuelles menaces d'infection, car on sait actuellement peu de choses sur le virus. Le meilleur, c'est que de nombreuses familles kenyanes ont été réunies selon des modalités que nous n'avons jamais connues, les pères se relayant pour préparer les repas, ce qui est inédit dans le contexte africain traditionnel.

George Amolo, professeur de physique, université du Kenya, Nairobi, éditeur de la Lettre d'information de la physique africaine, région de l'Est.


UsmanLa vie d'une physicienne pendant la pandémie de COVID-19

Loin de l'Afrique du Sud depuis janvier 2020 pour un congé sabbatique au département de physique de l'université Bayero de Kano, dans le nord-ouest du Nigeria, j'étais dans un bon environnement pour enseigner la physique nucléaire au niveau maîtrise. J'appréciait les interactions avec les étudiants. C'était la première fois que je faisais l'expérience de l'université nigériane.

La vie s'est arrêtée à cause de la pandémie de COVID-19 et je me suis retrouvée dans un auto-isolement volontaire dans la maison d'hôtes de l'université, car tous les autres occupants sont partis vers leurs foyers respectifs dans tout le Nigeria. J'ai apprécié le calme pendant les deux premières semaines, mais par la suite, la solitude s'est installée.

Conversations en ligne avec une famille éloignée

J'ai essayé de reprogrammer mon vol de retour vers Johannesburg mais malheureusement la South African Airways avait arrêté tous les vols internationaux. Pour faire face à la solitude, je communique par des appels vidéo sur WhatsApp avec ma famille à Johannesburg au moins deux fois par jour.

Parfois, les problèmes de connaxion ne le permettent pas, mais en fin de compte, avoir l'assurance que ma famille est en sécurité au milieu de cette pandémie m'a fait me concentrer sur d'autres activités qui en valaient la peine, comme la lecture des thèses des étudiants de troisième cycle et la préparation de manuscrits pour publication.

Pas d'enseignement du tout

Malgré la température moyenne quotidienne de 42°C à Kano, la fourniture stable d'électricité grâce au projet d'électrification rurale à l'énergie solaire dans l'université a rendu la vie plus facile, avec un climatiseur dans la maison d'hôtes.

Contrairement aux universités d'Afrique du Sud, où la préparation de la transition vers des activités d'enseignement en ligne a été une priorité, celles du Nigeria attendent toujours la fin de la pandémie de COVID-19 avant de reprendre toute activité d'enseignement. Cela peut être en partie attribué à la faiblesse des ressources informatiques des institutions, ainsi qu'à l'inaccessibilité de la connexion Internet pour les étudiants à domicile.

Un séjour allemand reporté

Enfin, en raison de la pandémie deCOVID-19, mon séjour de recherche prévu à l'université technique de Darmstadt, en Allemagne, dans le cadre du programme d'échange bilatéral d'universitaires du Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD) d'avril à juin 2020 a été reportée indéfiniment. J'attends simplement avec impatience l'éradication totale de cette pandémie dans le monde entier, lorsque les individus pourront recommencer à mener leur vie normale respective.

De Kano, Nigeria, avec amour, restez en sécurité et en bonne santé,

Iyabo Usman, Groupe de recherche sur les structures nucléaires, École de physique, Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du sud


GledhillLettre d'Afrique du Sud

Comme de nombreux collègues, j'ai le sentiment que je devrais ouvrir des pistes de recherche, mais je ne suis pas encore arrivée dans cet état. Je fais partie de quelques équipes et groupes de travail qui ont saisi l'occasion d'être encore plus actifs qu'auparavant - et oui, il y a des échéances.

J'ai remarqué que les biographies des scientifiques ont tendance à contenir plus de comités après un certain chapitre, donc c'est peut-être là où je suis en ce moment : mais c'est un ensemble de courbes d'apprentissage tout au long du parcours.

Difficile de se concentrer à la maison

Hier, j'ai assisté à un webinaire utile sur la COVID-19, le changement climatique et le lien entre l'eau, la santé et l'énergie. Jusqu'à ce que les micros soient coupés, c'était une connexion glorieuse de 63 maisons, avec des bambins, des chiens et des présentateurs enthousiastes dans des endroits inconnus parce que leur alimentation électrique avait été interrompue. (Les présentations étaient exceptionnelles).

Avec toutes nos aspirations, il est encore difficile de se concentrer ou de répondre aux grandes attentes depuis chez soi. Parfois, l'humour est la meilleure réponse ... des collègues ont fait remarquer qu'Isaac Newton a peut-être travaillé brillamment chez lui, mais qu'il n'avait pas l'influence d'un enfant de 3 ans dans la maison.

Personne à risque dans la famille

Je travaillais déjà depuis un certain temps à la maison lorsque le verrouillage a commencé en Afrique du Sud. Ma belle-mère a 93 ans, donc mon mari et moi nous sommes préparés tôt et nous nous sommes retrouvés en semi-isolement environ deux semaines avant tout le monde.

La maison de ma belle-mère n'a pas de wifi, et donc la personne qui est de service est déconnectée une grande partie de la journée.

Apprendre très vite

Mon université, l'université du Witwatersrand, se trouve au sommet d'une crête qui est le point de partage des eaux entre le flux au nord vers le Limpopo et l'océan Indien, et l'eau qui va au sud vers l'Atlantique. Elle se trouve maintenant à la limite de deux autres bassins versants : mes collègues sont très impliqués dans l'enseignement et l'apprentissage en ligne, et tout le monde apprend très vite.

Comme le dit l'un de mes collègues, « Il ne faut jamais gaspiller une crise ». Je pense que l'enseignement et l'apprentissage ne seront plus jamais les mêmes à Wits.

Enseignement à distance d'urgence

Environ 15 % des étudiants n'ont pas de matériel ou de wifi pour étudier en ligne, l'université travaille donc sur ce point également. Il s'agit d'un enseignement à distance d'urgence, et non d'un enseignement en ligne à part entière, et la tentation est grande de bombarder l'étudiant de tout le cours d'un seul coup.

Les étudiants réfléchissent beaucoup et expriment leur stress : « Non, je ne fais pas face ». Il existe maintenant un guide Moins c'est plus, et ses principes semblent aider.

Des étudiants en calcul et en théorie

Je n'ai que quelques étudiants de troisième cycle en calcul et en théorie, et tant qu'ils ont au moins une tasse de café et une connexion, ils sont opérationnels. Je pense.

Nous vivons sur une parcelle agricole à peu près à mi-chemin entre Johannesburg et Pretoria, et c'est encore plus calme que d'habitude - mais maintenant nous hébergeons un lapin sauvage et nous voyons plus d'oiseaux : deux espèces que nous n'avons jamais vues ici auparavant, dont l'aire de répartition officielle se trouve au KwaZulu-Natal. Le lien entre le changement climatique et la COVID-19 est-il un frein à l'activité humaine ?

Igle Gledhill, professeure adjointe invitée de physique des flux, université du Witwatersrand, Afrique du Sud


 OdariLettre du Kenya : université Masinde Muliro

Le premier cas de COVID-19 au Kenya a été signalé à la mi-mars 2020. Deux jours après, les écoles et les collèges ont été fermés.

La fermeture des universités a perturbé la recherche en cours dans les laboratoires et l'achèvement du second semestre 2019/2020 de l'Université de science et de technologie Masinde Muliro (MMUST).

Projets scientifiques contre la COVID-19

Afin d'enrayer cette pandémie, la MMUST a lancé un appel interne de demandes de subventions pour des projets visant à éradiquer ou à freiner la propagation de la COVID-19. Un certain nombre de projets sont actuellement en cours et nous sommes optimistes quant à leurs résultats.

Certaines universités kenyanes sont également sous les feux de la rampe pour le développement de prototypes de respirateurs, entre autres. Je m'attendais à être un peu libre lorsque les universités ont été fermées pour freiner la propagation de la COVID-19, mais ce fut le contraire.

Occupé par les communications en ligne

J'ai été très occupé à organiser des webinaires en science des matériaux au Kenya, ainsi qu'à rédiger un certain nombre de demandes de subventions. J'ai également examiné des propositions de troisième cycle, des manuscrits à publier et des articles à publier dans des revues.

L'enseignement en ligne et les réunions en ligne demandent beaucoup d'énergie. Afin de m'améliorer en tant que personne pendant cette période de pandémie, j'apprends également à effectuer des analyses de physique computationnelle (théorie de la fonctionnelle de la densité) en utilisant le code Quantum Espresso pour compléter ma formation en physique expérimentale sur les énergies renouvelables.

Deux petits garçons

Le travail à domicile s'est révélé plus difficile avec mes deux petits (2 et 4 ans). Pour eux, c'est le temps des vacances et papa doit jouer avec eux, arbitrer leurs bagarres et les emmener en promenade dans la nature où ils aiment explorer et apprendre de nouvelles choses.

Ma femme pense que je travaille trop et m'a recommandé de faire une pause d'une semaine pour me détendre.

Victor Odari, professeur de physique à l'université Masinde Muliro, Kakamega, Kenya

A propos

Afriscitech, toute la science dans toute l'Afrique.

Suivez l'actualité de la recherche scientifique et technologique en Afrique et par les africains.

Qui nous sommes

Afriscitech.com est édité par Coopetic.

- Luc Allemand, rédacteur-en-chef

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement, qui ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Search